Betty D.

Une joie féroce
par (Libraire)
19 août 2019

Résistances

Quelle fulgurance ! Quelle véhémence ! De la première à la dernière ligne vous détenez entre les mains un détonateur puissant, un mélange de comédie amère et de tragédie aventureuse. Avec éloquence et dynamisme, entre désarroi et amertume, Sorj Chalandon déploie un récit romanesque étonnant où l'on retrouve les thèmes qui lui sont chers, la résistance, la trahison, le combat mené à chaque instant pour sauver sa peau comme en situation de guerre. La guerre et le combat menés contre le cancer, contre la lâcheté des hommes, contre les nantis, contre ceux qui abusent de leur situation et du pouvoir. Magnifique roman autour de quatre femmes entrées en résistance, en lutte acharnée contre la maladie et la fuite des hommes. Lucides et courageuses, elles vous prennent par la main et vous emmènent au cœur du mouvement et de la vie.

TOUS LES HOMMES N'HABITENT PAS LE MONDE DE LA MÊME FAÇON
par (Libraire)
19 août 2019

Récréation littéraire

Roman récréatif qui interroge les rapports sociaux et les différences sociales dans une forme narrative faussement légère. Incarcéré à Montréal dans une cellule de 6 mètres carrés avec un motard Hell's Angel accusé de meurtre, le narrateur Paul Hansen distille et examine son histoire familiale et personnelle, éduqué dans le respect et l'écoute altruistes, jusqu'au jour où tout bascule lorsqu'il est confronté à la puissance du pouvoir détenu par un président de copropriété aussi stupide que méchant et ignorant. Conflit de classes sociales, pouvoir et injustice rassemblés, la loi du plus fort s'exerce alors contre le plus faible, le plus pauvre. La supériorité s'exerce impunément, gonflée d'argent et de mépris. Paul résiste et endure ; jusqu'où, jusqu'à quand tiendra-t-il ?

Le Clou
24,50
par (Libraire)
19 août 2019

Ampleur

Portrait minutieux et mélancolique de la jeunesse chinoise des années 80 et 90 en proie au désarroi et à l'ennui existentiel. Entre tourments et désespérance, habités d'une lucidité implacable certains tentent d'éclaircir et de pénétrer les tragédies maoïstes passées qui leur ont échappé. Chape de plomb infernale perpétrée au fil des ans dans un pays où la destruction est symbole de création et de créativité. Tout semble permis tandis que rien ne l'est. Décors factices et grandioses qui encerclent le cocon de l'enfance qui finira par éclater. Quête longue et sensible d'une vérité parfois inatteignable. Une soif d'amour et d'émancipation rarement assouvie, étanchée. Roman ample, magnifique et douloureux, bouleversant, éloigné des clichés habituels et immédiats. Deux narrations s'entremêlent et alternent le temps d'une nuit d'évocation, tentent de faire la lumière sur les cinquante dernières années écoulées. Loin des clichés (rouges) flamboyants du vaste empire, c'est une petite province terne, pathétique et ennuyeuse qui est évoquée. La corruption, le népotisme et la différence de classes sociales demeurent toujours présents.

AMAZONIA

Deville Patrick

Le Seuil

19,00
par (Libraire)
19 août 2019

Confessions

Confession littéraire, confession paternelle et familiale, récit de voyage, récit historique « Amazonia » réunit tous ces genres dans un foisonnement d'informations et de digressions récréatives. Patrick Deville nous entraîne dans le sillage de son voyage et des émotions, au cœur de son érudition, fruit de ses lectures et de ses recherches nombreuses autour du Brésil et de l'Amazonie. C'est aussi pour lui l'occasion de s'interroger sur son rôle de père et la transmission d'un père à son fils, compagnon de voyage et de réflexions.

La Terre invisible
15,00
par (Libraire)
19 août 2019

Errance

Magnifique prose littéraire pour tenter de comprendre l'indicible, buter sur l'incompréhension, fixer par l'image une éventuelle preuve de culpabilité. C'est une proposition littéraire d'un voyage géographique tout en justesse et en économie de mots, sans destination finale annoncée, à peine suggérée. La narration semble en suspens et laisse planer et percevoir un voile de tension éprouvée. C'est un voyage photographique sans but véritable, une intuition et une quête animées par le désir de savoir et de comprendre dans un malaise presque palpable. La normalité dévoilée et entrevue, la permanence de la vie au cœur de l'horreur et des massacres perpétrés. Que disent ces corps et ces regards en pause figée exigée par le photographe ? Où se cache la culpabilité et se nichent les non-dits tandis que le fleuve dans un courant énergique porte et charrie les sables et les immondices jusqu'à la mer.