La librairie sera fermée du 30 juillet au 19 août. 

Les commandes passées durant cette période ne seront traitées qu'à notre réouverture, le mardi 20 août.

À partir du 18 juillet, nous ne pourrons plus vous garantir une réception à temps avant notre fermeture.

Nous vous souhaitons un bel été,

Les Lisonnes

L'État hors-la-loi - Logiques des violences policières
EAN13
9782348078217
ISBN
978-2-348-07821-7
Éditeur
La Découverte
Date de publication
Nombre de pages
232
Dimensions
20,6 x 14,2 x 2,1 cm
Poids
279 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

L'État hors-la-loi - Logiques des violences policières

De

La Découverte

Offres

Autre version disponible

La multiplication récente des violences policières, des morts et des blessés qu'elles ont entraînés, a rappelé à quel point l'usage de la force est corrélé au pouvoir d'État. Pour autant, ces violences restent largement impensées, généralement considérées comme la conséquence de contradictions internes à la gestion de l'ordre néolibéral. Or les violences qui ont conduit à la mort de Nahel M., à celle de Rémi Fraisse, à celle de Cédric Chouviat, comme celles qui ont consisté à mettre à genoux les lycéens de Mantes-la-Jolie ou à mutiler des gilets jaunes n'ont ni les mêmes modalités ni les mêmes rationalités.Fondé sur l'analyse des dossiers judiciaires auxquels l'auteur a eu accès, ce livre montre que les armes, les techniques, les pratiques et les objectifs, ainsi que les réactions politico-médiatiques et les traitements judiciaires diffèrent selon que les violences ciblent une expression politique, l'exercice d'une liberté de circulation ou la simple appartenance ethno-raciale.Discipliner, punir, instaurer ou restaurer un rapport de domination, territorialiser l'espace public, l'espace privé, les flux de circulation et, dans les cas les plus extrêmes, exprimer une violence pure – celle de l'antique pouvoir de vie et de mort –, telles sont les différentes fonctions des violences policières. Cette distinction permet de mieux saisir les rapports de pouvoir qui s'expriment entre l'État et la population et entre la police et des groupes sociaux déterminés. Elle offre aussi des prises pour tenter de répondre à une question plus fondamentale : la violence est-elle constitutive du pouvoir, un moyen de son exercice ou une condition de sa possibilité ?
S'identifier pour envoyer des commentaires.