Question de géométrie

Léa Arthemise

Liana Levi

  • 29 avril 2016

    question de géométrie

    Un roman court mais intense.
    Un roman à trois voix : Adel, Bonnie, Alain.
    Ils se sont rencontrés au lycée, ont braqué, ont fugué…
    Des années après, ils se souviennent de cette année là, la revivent.
    C’est un roman sur l’adolescence, sur les rencontres qu’on fait, sur les chemins qu’on prend. Mais aussi sur le regard qu’on porte, des années après, sur notre jeunesse, sur les choix de chemins qu’on fait pour notre vie d’adultes. C’est un constat.
    Un sentiment de lourdeur, d’inéluctable, au fil de la lecture : la jeunesse de banlieue, l’insatisfaction latente de Bonnie devenue femme, les illusions perdues….
    Mais ce sentiment est allégé par la forme du récit. Des pages courtes réservées à chacun des personnages, en alternance. Le passage du passé au présent.
    L’écriture est belle et précise, le ton est juste.
    Même si elle laisse un petit goût amer et désenchanté, c’est une belle histoire d’amitié, au-delà des lieux, au-delà du temps.


  • par (Libraire)
    25 février 2016

    Conseillé par Marie-Laure

    Ce roman est né lors d’un atelier d’écriture organisé en marge du festival America. Léa Arthémise a voulu expérimenter une « forme narrative éclatée ». Trois voix racontent une erreur de jeunesse, un braquage d’amateurs qui scellera leur destin à jamais. Bonnie est mère de famille et vit dans une banlieue résidentielle. Un jour, elle tombe sur un article qui annonce une « macabre découverte ». Elle comprend qu’il s’agit de lui, Adel. Il représente son passé, sa fuite, son illusion et sa désillusion. Adel, celui qui rêvait d’une « maison qui surplombe l’océan, en bordure d’une falaise ». Elle va alors recontacter Alain, le troisième personnage de l’histoire. Il est en prison. Trois voix se succèdent, se superposent ou s’opposent, pour écrire ce chapitre de leur passé. Trois voix, mais aussi trois langages différents, révélateurs de la personnalité et du milieu culturel de chacun : tout est une question de géométrie. Un roman d’une modernité absolue.