Rien ne s'oppose à la nuit / roman, roman

Rien ne s'oppose à la nuit / roman, roman

Delphine de Vigan

Le Livre de Poche

  • par (Libraire)
    21 novembre 2016

    Coup de cœur de Zoé

    Apres la mort de sa mère, Delphine de Vigan va chercher à retracer la vie de cette femme qu'elle n'a jamais réellement connue. Le lecteur assiste au fil du livre à la lente implosion d'une famille qui semblait des plus banales. Un livre qui prend aux tripes.


  • 29 octobre 2013

    par Stéphanie G

    J'ai longtemps tourné autour de ce livre avant de l'acheter ...attirée par la couverture... et je me suis décidée.....quelle lecture, quels moments spendides .....sidérée, hypnotisée...merci, merci encore pour ce sublime cadeau Delphine de Vigan...


  • 21 mars 2013

    Mourir vivante

    « Ma mère était bleue, d’un bleu pâle mêlé de cendres, les mains étrangement plus foncées que le visage, lorsque je l’ai trouvée chez elle, ce matin de janvier. » Parce qu’elle n’arrive pas à joindre sa mère, Delphine de Vigan se rend chez elle. Et là, c’est le drame. Lucile s’est suicidée depuis plusieurs jours et elle a préparé des petits cadeaux pour les gens qu’elle aimait. Maniaco-dépressive, elle semblait pourtant aller mieux ces derniers mois, avoir repris goût à la vie. Mais dans la lettre qu’elle adresse à ses « filles chéries, les deux personnes qu’elle a le plus aimées au monde », elle leur explique qu’elle « préfère mourir vivante. » C’est ce parcours fait de quelques hauts mais surtout de nombreux bas que raconte ce si beau livre qui vous prend aux tripes. " Rien ne s'oppose à la nuit " a fait écho chez des dizaines de milliers de personnes, qui éprouvèrent un infini chagrin pour cette femme qu’ils ne connaissaient pas et dont, pourtant, ils se sentaient proches. Il aura fallu ces quatre cents pages à Delphine de Vigan pour qu’elle arrive à pardonner à Lucile son suicide. Et finisse même par admirer son courage.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    21 février 2013

    Dans ce texte aussi personnel que poignant, Delphine de Vigan rend un magnifique hommage à sa mère en tentant de défaire les nœuds de sa propre histoire. De l'autofiction, certes, mais avec tellement de pudeur et de sincérité que ce récit trouvera forcément un écho en nous.


  • par (Libraire)
    28 janvier 2013

    Dans son dernier livre, Delphine de Vigan plonge au coeur de sa mémoire familiale, dans un récit qui évoque la vie et le suicide de Lucile sa mère, troisième enfant d'une grande fratrie. Elle y décrit un très beau portrait de sa relation mère/fille à travers les témoignages des uns et des autres, de photos et de documents dans une enquête haute en couleur et en douleur où l'on découvre la maladie de Lucile, diagnostiquée bipolaire à l'âge de 30 ans. Ce roman autobiographique, où l'auteure reste en retrait dit tout de sa famille, c'est maitrisé, avec une écriture simple mais extrêmement sensible et poignante. On en ressort bouleversé.