La vie parfaite

La vie parfaite

Silvia Avallone

Liana Levi

  • 26 juin 2019

    Comme dans « D’acier », Silvia Avallone nous entraîne dans des tours sans espoir.
    Dans la banlieue de Bologne, Adele, 17 ans, se retrouve enceinte de Manuel. Son quartier, les Lombriconi… «une suite de mots, misère, marginalisation, drame, qui décrivait leur vie comme quelque chose d’effroyable.»
    Plusieurs générations, pléthore de personnages….
    Le poids de ces vies pèse sur les épaules du lecteur. Mais que c’est bien raconté, bien décrit.
    Des femmes souvent seules à se dépatouiller, des hommes peu fiables, le manque d’argent….. mais des vies à part entières, pleines de rêves souvent déçus et d’idéal tellement difficile à atteindre.
    Des personnages touchants qui inspirent l’empathie.
    Un tableau vivant d’une société à bout de souffle.
    Et toujours, malgré ces cas désespérés, la magie de se retrouver en Italie.
    Le petit bémol de ce roman, c’est qu’à chaque nouveau chapitre, il faut une page voire deux, voire trois, pour savoir de qui ça parle. L’auteur n’annonce pas tout de suite le nom du personnage. Une petite difficulté qui n’est pas indispensable et n’ajoute rien.


  • par (Libraire)
    19 juin 2019

    Adele a dix-sept ans et est enceinte. Dans la cité où elle grandit, c’est le lot commun de nombreuses jeunes filles. Dora, elle, rêve de voir son ventre s’arrondir. C’est une obsession qui parfois la mène à la déraison. Dans ce roman au rythme effréné, Silvia Avallone traite brillamment de la maternité et du poids de nos origines sociales.